ALSACE DU 9.3.2005

LE MARKSTEIN EST SUR LA BONNE PENTE

L'enneigement exceptionnel et les nouvelles installations de la station de ski réjouissent les amateurs de glisse. Pour les exploitants, de gros efforts restent encore à réaliser.
Le blanc et le bleu sont actuellement les couleurs dominantes de la station de ski du Markstein. Neige abondante et ciel sans nuage dessinent un paysage bicolore qui enchante les skieurs, et donne le sourire à André Speckbacher, p.-d.g. de la S.à.r.l Markstein Loisirs (lire ci-dessous), ainsi qu'à son associé Jean-Claude Bini, directeur de la station. Les amateurs de glisse ont fait leurs toutes premières descentes de la saison le 22 décembre dernier. « Nous n'avons connu que six jours d'arrêt, début janvier. Les vacances de février ont été exceptionnelles, nous n'avons pas connu une telle qualité d'enneigement, à pareille époque, depuis l'hiver 1970-1971. S'il n'y a pas de redoux, nous parviendrons à englober dans la saison les congés de Noël, de février et ceux de Pâques. Il y a longtemps que ce n'est pas arrivé ! », projette, prudemment, Jean-Claude Bini.
Environ 60 emplois
Durant les week-ends, le pic d'affluence a franchi le cap du millier de skieurs sur les dix pistes de la station vosgienne. En semaine, la fréquentation avoisine les 200 férus de poudreuse : « Ce sont essentiellement des habitués. Le mercredi est une journée différente car nous essayons de mobiliser les scolaires et le milieu associatif qui est très dynamique dans la région. Grâce aux différents clubs, CE et écoles, nous avons environ 800 gamins sur les pistes », souligne le directeur de la station. Les jeunes sportifs sont accueillis dans des conditions optimales grâce aux nouvelles installations. En effet, les deux téléskis de l'espace initiation, sur la piste de La Grenouillère, ont été remplacés par deux remonte-pentes flambant neufs, adaptés au niveau des débutants (L'Alsace du 28 novembre 2004). La modernisation de la station se poursuivra cette année avec le terrassement du Stade du slalom, son enneigement artificiel, « pour lequel nous disposons d'une retenue d'eau de 15 000 m3 », puis son éclairage afin de pratiquer le ski nocturne. La glisse à la belle étoile est proposée les mardis, vendredis et samedis : « Nous avons, en moyenne, 90 skieurs par soirée avec une très faible affluence le samedi. Nous étudions ce problème afin d'y remédier », précise Jean-Claude Bini, qui est à la tête d'une équipe composée de quatre permanents et 18 saisonniers. L'ESF (École du ski français) a, quant à elle, un effectif de 28 moniteurs. Au total, une soixantaine de personnes travaillent, le temps d'une saison, à la station de ski du Markstein

.


Navette et hébergement
En perpétuelle mutation, la station qui revendique l'image d'un site familial et sportif, « avec le plus beau stade de slalom des Vosges », poursuivra sa politique de modernisation avec, en 2006, la construction d'un télésiège. Les efforts réalisés par les exploitants, avec notamment le maintien des forfaits au même tarif depuis trois ans, sont partiellement entachés par des problèmes persistants : « Nous sommes confrontés à une faible capacité d'hébergement. A cela s'ajoute les difficultés d'accès à la station et l'urgence de mettre en place des navettes. Nous devons aussi faire des efforts de communication en direction des communes de la plaine du Rhin, de certains départements comme le Territoire de Belfort, et de pays frontaliers dont l'Allemagne. Sur le terrain, nous en sommes au début de la restructuration, explique, motivé, François Grunenberger, vice-président du syndicat mixte Markstein-Grand Ballon, avant de conclure, nous espérons que cela va porter ses fruits. »


Anne Thiébaut


Des skis hors pair
Sans équipement, mais beaucoup d'exigence, les skieurs poussent, depuis le 22 décembre dernier, les portes du magasin Speck Sports, au Markstein. Soucieux de répondre aux attentes de sa clientèle, André Speckbacher, p.-d.g. de la S.à.r.l Markstein Loisirs (lire ci-dessus) et gérant de la location de skis et matériels de sports d'hiver, a renouvelé 80 % de ses équipements. Cette saison, 1200 paires de skis alpins, 100 de skis de fond et 117 de raquettes côtoient dans les rayonnages 80 surfs et 60 snow blade. La clientèle de tous les âges, essentiellement des habitués, suit les conseils d'Éric Zahnd, responsable de la location, avant de se lancer sur les pistes : « 70 à 80 % des locations sont des skis alpins. Nous disposons d'un large choix de paraboliques adaptés au niveau des skieurs. Nous leur proposons évidemment d'essayer le haut de gamme. » Si au début de la saison « les surfeurs étaient les plus acharnés », la quantité et la qualité de la neige font varier les plaisirs : « Les écoles ou les groupes ont une préférence pour le snow blade qui leur permet de s'amuser. La location de raquettes est en progression, et souvent prisée par des personnes plus âgées. ». Les jours de ruée vers l'or blanc, 500 à 600 paires - tout matériel confondu - quittent les casiers du magasin pour partir à l'assaut des pistes. Après trois années de location, les paires perdent de l'altitude en quittant le Markstein pour être mises en vente lors de bourses aux skis dans la vallée.

 


 retour page presse