ALSACE DU 18.2.2004

Populaire, l'Alsacienne
Malgré l'absence de soleil, plus de 650 personnes ont participé dimanche au Markstein à la seconde édition de l'Alsacienne de raquettes, soit près du double de l'an dernier.
Plus moyen de garer la moindre voiture, dimanche dernier au Markstein. C'était l'affluence des grands jours. En plus des skieurs habituels, adeptes du ski alpin, du snowboard et du ski de fond, en plus des promeneurs du dimanche et des amateurs de luge, s'ajoutaient les participants de l'Alsacienne de raquettes, grande marche populaire hivernale, organisée par le Ski club de Ranspach et Speck-Sports, ravis d'une telle affluence et récompensés de leurs efforts. Assurément, le pli est pris et cette animation s'impose déjà comme une grande classique de l'hiver alsacien. Présents sur place, les organisateurs de la Nordique des Crêtes de ski de fond, qui aura lieu dimanche prochain 22 février, espèrent en faire autant et prouver que le ski nordique possède toujours ses charmes dans le massif vosgien.


Difficile de faire plus alsacien, pour cette 2e Alsacienne de raquettes…Textes et photos Jean-Michel Cuenot


Premier ravitaillement sur le parcours, assuré par le Ski club de Ranspach, entre le sommet de la station et la route des Crêtes, en direction du Steinlebach. Les boissons chaudes étaient les bienvenues.


HUMEUR Trop d'autos


L'invasion de voitures était impressionnante, dimanche dernier au Markstein, en grande partie en raison de l'Alsacienne de raquettes (lire ci-contre). On y a recensé environ 800 voitures. Si le chiffre est considérable, ce n'est pas un record, puisque dans le passé, lors de week-ends ensoleillés, notamment pendant des vacances scolaires, le total dépasse allégrement les 1000 voitures. Les responsables de la station, professionnels et élus, connaissent bien le problème. Cet aspect fait partie des études en cours sur la modernisation et l'organisation de la station. À quoi bon y investir si l'accueil n'y est pas assuré dans de bonnes conditions ? En ce qui concerne le stationnement, c'est la plus grande anarchie. Le parking principal est privé (Speck-Sports) et son déneigement pose régulièrement des problèmes. Les automobilistes stationnent leurs véhicules où ils peuvent, le long des routes, vers Guebwiller et vers Kruth. Pourtant, les trains circulent dans la vallée de Saint-Amarin et des navettes de bus vers la station. Mais, c'est bien connu, le Français est individualiste. Son éducation promet d'être encore longue…
JMC


 retour page presse